Übersicht Iscucin

Médicament Iscucin


L'Iscusin contient des extraits de plantes de gui. Le gui croissant semi-parasite et épiphyte fait partie des substances actives les plus couramment utilisées parmi les végétaux. Son plus grand champ d'action est le traitement du cancer, et bien qu'il n'ait certes pas d'influence sur le maintien en vie, il améliore tout de même la qualité de vie ainsi que l'humeur des patients atteins d'un cancer. En fonction de l'arbre hôte sur lequel il se développe, il est alors assigné à telle ou telle forme de cancer.


Iscusin: préparation pour différentes formes de cancer


Le gui provenant du pommier est principalement utilisé pour les tumeurs gynécologiques comme celle du sein ou de l'ovaire ou encore le cancer de l'utérus. En revanche, le gui provenant du peuplier est utilisé pour les cancers de la prostate. Pour les cancers cérébraux, il faut envisager le gui en provenance du pin. Pour les cancers des poumons, les préparations diffèrent selon l'origine des cellules cancéreuses : les carcinomes épidermoïdes sont traités avec le gui de chêne et les adénocarcinomes avec celui provenant du tilleul. L'Iscucin Tiliae, tout comme l'Iscucin Salicis (gui de pâturage), sont des traitements supplémentaires pour les cancers des reins et de la vessie. Les tumeurs de l'appareil digestif (cancers de l'oesophage, estomac, côlon et rectum) peuvent être traités à l'aide de l'Iscucin Abietis (gui de sapin). Le gui d'aubépine n'est toutefois pas administré dans le cadre d'un cancer mais dans celui de la calcification vasculaire.


Comment traite t-on avec les préparations d'Iscusin?


L'administration s'opère par voie sous-cutanée, on entend par là que la préparation est injectée sous la peau. Celle-ci doit être de préférence administrée par un médecin. Alternativement à cela, les préparations de gui peuvent être directement administrées au niveau de la zone cancéreuse, lorsque cela est possible. Cette méthode de traitement doit être effectuée par un médecin. En principe, la thérapie par le gui est bien tolérée. Cependant, des rougeurs, enflures ou démangeaisons peuvent apparaître sur le site de l'injection. De temps à autre, des réactions allergiques sont constatées. Toutefois, de nombreuses études ont démontré que la thérapie par le gui diminuait les effets secondaires de la chimiothérapie.

détails supplémentaires


Page 1 à 7 (80)

Enregistrer Mot de passe oublié E-mail de validation envoyé
Filtre de recherche